Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
dessin de 2011

dessin de 2011

Au jour le jour, les petites histoires symboliques réunies par Alejandro Jodorowski pour son Cabaret Mystique et bien d'autres, fort à propos...

 

 

 

Vers un durcissement du confinement ?

 

Un sergent arrive près de son commandant et lui dit :

- Mon commandant, je vous informe que le prisonnier s’est évadé.

- Comment s’est-il enfui ? Ne t’ai-je pas dit de surveiller la porte ?

- Oui, mais il s’est enfui par la fenêtre.

 

Comment ça va, les enfants ? (ou : ce à quoi vous avez échappé ce WE)

 

Une mère et son fils sont sur la plage. L’enfant lui dit :

- Maman, je peux jouer au sable ?

- Non, mon chéri. Je ne veux pas que tu salisses tes vêtements.

Je peux me baigner ?

- Non. Tu vas t’enrhumer.

- Alors, je peux jouer avec les autres enfants ?

- Non. Si tu vas avec eux, tu risques de te perdre.

- Maman, achète-moi une glace.

- Non. Tu vas avoir mal à la gorge.

Le petit garçon se met à pleurer et sa mère s’exclame :

- Mon Dieu, que cet enfant est nerveux !

 

Et puis, faut pas trop s’en faire…

 

Un couple part en vacances. Cinq minutes après que l’avion a décollé, la femme pousse un cri :

- Malheur ! J’ai laissé le fer à repasser branché…

Calme-toi, lui dit son mari, il n’y aura pas d’incendie : j’ai oublié de fermer le robinet de la baignoire…

 

Vivre à deux

 

Un philosophe et un poète marchent ensemble. Soudain, le philosophe, regardant le sol, dit :

- Regarde, un oiseau mort !

Le poète s’exclame, regardant le ciel :

- Où ? Où ?

"Ah ! Ben si on peut plus mettre ce qu'on veut dans son sandwich !"

"Ah ! Ben si on peut plus mettre ce qu'on veut dans son sandwich !"

Vivre à deux (bis)

 

Un soir en rentrant chez lui, un homme a la surprise de trouver la maison vide, abandonnée par sa femme. Soudain, il découvre sur la table de toilette une enveloppe qui lui est adressée. Il l’ouvre fébrilement et lit le message suivant : « Fernando, je suis fatiguée de toi, je m’en vais avec ton ami Pedro. Pour souper, tu trouveras du veau froid dans le réfrigérateur. »

- Ah non ! gémit le malheureux, ce n’est pas possible ! Je ne veux pas encore diner de veau froid !

 

Les psychanalystes prévoient une forte augmentation de leur patientèle après la crise.

Seront-ils en mesure de leur apporter les bonnes solutions ?

 

Un homme arrive en pleurant à la consultation du psychanalyste.

- Que vous arrive-t-il ?

- Toutes les nuits, je rêve qu’un petit bonhomme portant une veste et un chapeau rouge vient me rendre visite et me propose : « On fait pipi ensemble ? » Et je fais pipi au lit ! Je n’en peux plus !

- Votre cas n’est pas grave, commente le psychanalyste. Je vais vous donner une solution qui va rapidement vous libérer. La prochaine fois que le petit bonhomme apparaît, répondez-lui : « J’ai déjà fait ! » et il ne viendra plus vous déranger.

- C’est tout ?

- Oui. Répétez-vous toute la journée : « J’ai déjà fait », afin de conditionner votre esprit pour cette réponse.

L’homme répète la phrase tout au long de la journée, dans le métro, au bureau, au restaurant, etc. et aussi au moment de se mettre au lit, avant de s’endormir. Le lendemain matin, il retourne voir le thérapeute.

- Que s’est-il passé ? Vous avez fait ce que je vous ai conseillé ? demande le spécialiste.

- Oui, d’innombrables fois ! répond le patient en sanglotant.

- Voyons, racontez-moi calmement tout ce qui s’est passé.

- Je me suis endormi et pendant mon sommeil le petit homme à la veste et au chapeau rouge s’est présenté, comme d’habitude, et m’a dit : « On fait pipi ensemble ? » Je lui ai répondu : « J’ai déjà fait ! »

- Et ensuite ? demande le thérapeute.

- Le petit homme m’a dit : « Alors, on fait caca ensemble ? »

 

 

Mercredi 25 mars : l'Inde est confinée

Mercredi 25 mars : l'Inde est confinée

Confinement, privations… cette crise sans précédent va-t-elle inciter les humains à envisager autrement la réalité ? (pour nos amis indiens)

 

Une mère vient rendre visite à un gourou en lui demandant de parler à son fils pour le convaincre de ne plus manger de sucre. Le gourou comprend sa requête et lui propose de revenir une semaine plus tard. Ce qu’elle fait. Cette fois, le gourou s’adresse à l’enfant :

- Mon garçon, cesse de manger du sucre !

Surprise par la brièveté de son intervention, la mère demande au gourou :

- C’est pour ça que nous avons dû attendre une semaine ? Vous auriez pu lui dire cela la première fois que nous sommes venus.

- Je vous ai fait attendre une semaine parce que alors, moi, je mangeais encore du sucre.

 

Faut-il aller travailler ? (pour Robert)

 

Un employé vient voir son patron: 

Monsieur le Directeur, j’estime que mon salaire ne correspond pas à mes capacités.

- Je comprends les efforts que vous faites pour être à sa hauteur, soupire le patron. Continuez à faire des efforts : vous devez nourrir votre famille.

 

Comme une impression de naviguer à vue.

 

Dans un grand hôtel, le téléphone sonne tous les jours vers midi. Le même réceptionniste décroche toujours et entend :

- Quelle heure est-il s’il vous plaît ?

- Il est exactement midi moins une minute.

L’interlocuteur raccroche dès qu’il a obtenu l’information. Au bout de six mois, le réceptionniste demande :

- Mais pourquoi m’appelez-vous tous les jours ?

- Je suis l’ouvrier qui fait fonctionner la sirène de l’usine qui se trouve en face de votre hôtel. Comme je dois la faire sonner à midi pile, je vous demande l’heure exacte.

Et le réceptionniste répond :

- Mais c’est absurde ! Nous-mêmes réglons notre horloge sur la sirène de votre usine.

 

Et encore, il n’y avait pas le virus à l’époque…

 

Deux hommes sont emmenés devant le peloton d’exécution, accusés d’espionnage. Juste avant de les fusiller, l’officier qui commande le peloton s’approche du premier :

- Voulez-vous une cigarette ? lui demande-t-il.

- Oui, oui, bien sûr ! répond l’homme, très heureux d’avoir gagné quelques minutes.

Puis l’officier s’approche du second :

- Et toi, que veux-tu ? s’enquiert-il.

Pour toute réponse, l’homme lui crache au visage.

- Ce n’est vraiment pas le moment de faire de la provocation ! intervient l’autre. Avec tes bêtises, tu vas nous attirer des ennuis !

 

Vague de divorces annoncée… et on ne peut toujours pas divorcer de ses parents !

 

Un père réprimande son fils :

- Tu as été un vilain bébé, ensuite un mauvais fils ; tu seras un mauvais mari, un père de famille épouvantable et tu finiras sur la chaise électrique.

Alors, d’un air protecteur, la mère intervient :

- Peut-être qu’il sera gracié.

 

Défier l’autorité : là est la question !

 

Papa, dit un enfant à l’auteur de ses jours, pour mon anniversaire je veux que tu m’offres un vrai fusil.

- C’est impossible.

- Pourquoi ?

- Parce qu’on ne doit pas offrir ces choses-là aux enfants.

- Je veux un fusil !

- Non !

- Si !

- Assez ! réplique le père. Qui commande ici ?

- Toi, bien sûr, répond l’enfant. Mais si j’avais un fusil…

C'est un point de vue

Une jolie jeune fille s'avance vers le conducteur d'un autobus, en tendant une sébile et lui dit :

- Monsieur, voulez-vous aider la Croix Rouge ?

- Encore ! Mais j'en ai déjà écrasé deux...

 

 

 

 

 

(à suivre)

 

lire : Chroniques Végétales

 

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost0
Published by TANIS

  • : tanis.over-blog.com
  • : Tanis est une Unité de Production basée en Provence qui développe les créations de Renaud Arrighi et de ses Amis Artistes. Cet espace est une vitrine de nos réalisations et de nos activités déclinées sur tous les sens. Nous développons, à travers nos spectacles, éditions, expositions, performances et stages les axes d'une culture multisensorielle ludique et transversale - sans oublier de nombreuses activités de coaching et d'audit sensoriel, tournées vers le secteur privé.
  • Contact